NESSUN GIUSTO PER EVA

Eva e Ada e Giovanna ed Ester ed Emma e il rabbino e soprattutto Sara, per ben due volte sfuggita alle fauci fameliche e due volte riacciuffata, perché a chi ha sangue giudeo nelle vene non è consentito sfuggire al destino assegnatogli.
Questa accurata e appassionante ricerca storica riporta alla luce le vicende dei 71 ebrei padovani – solo tre i sopravvissuti – cui non è stato dato in sorte di incontrare un giusto nel proprio travagliato cammino. E, come sempre in questo genere di storie, colpisce, almeno quanto la cattiveria dei cattivi, l’indifferenza di chi cattivo sicuramente non si definirebbe: quell’indifferenza che ha fatto sì che una manciata di fanatici riuscisse a impossessarsi di un’intera nazione e da lì partire per la devastazione di un intero continente e che, nel piccolo di una cittadina di provincia, quasi un centinaio di concittadini venisse portato al macello senza provocare reazioni di sorta. E grazie dunque a chi, non potendo restituire a loro la vita, si è impegnato per restituire almeno a noi la memoria.

Francesco Selmin, Nessun “giusto” per Eva, CIERRE edizioni

(E indifferenza e complicità, come siamo quotidianamente costretti a constatare, continuano ancora oggi)

barbara

  1. Cara Barbara
    spero che ora rimanga il mio commento…
    Sono contenta per te e per la bella festa che ti hanno fatto.
    Io, invece, ritornata dopo un anno di assenza dai banchi di scuola mi ritrovo ora vice-preside.
    Aiuto!
    Stavo meglio prima..

    "Mi piace"

  2. Sarebbe bello riuscire a fare chiarezza,l’altro giorno stavo alla stazione di Ravenna e vedendo la lapide dei deportati ho notato il nome di una sedicenne e di una diciasettenne,ho pensato che se succedesse oggi griderebbero dal carro siamo minorenni non ci potete deportare e tanti cittadini interverebbero perchè con la democrazia è così ,ma allora avevano tutti paura.Ma solo paura?

    "Mi piace"

    • Davvero tu pensi che qualcuno col mitra puntato addosso sarebbe in grado di gridare? E oltretutto per una cosa così assolutamente assurda, in quel contesto, come l’età? Sapendo ESATTAMENTE che cosa succederebbe dopo avere gridato? Sapendo che cosa succederebbe al fratellino di due anni? Alla nonna novantenne? Al cugino neonato? E alle vittime dei nazisti di oggi, i terroristi palestinesi, viene in mente di dichiarare che sono minorenni? Immagini che per i carnefici significhi qualcosa? O per le oche starnazzanti che strillano tutte le volte che gli ebrei tentano di difendersi?

      "Mi piace"

  3. Expositions
    1942 : des rafles à la déportation
    Rendez-vous de l’auditorium
    Colloques
    Festival des cultures juives
    Les ateliers
    Hors les murs
    Voyages de mémoire
    Le programme complet (PDF)
    Calendrier général / Réservation

    Rechercher une personne (victime, résistant, Juste)

    Rechercher dans le catalogue du CDJC

    Ressources
    audiovisuelles

    Témoignages
    vidéo

    Le grenier
    de Sarah

    Soutenir le Mémorial

    La librairie
    en ligne

    Recevoir la
    lettre d’information

    Forum et annonces

    Alertez-moi!

    Rechercher dans
    le site

    ok

    en English Version

    Accueil > Programme des activités > Expositions > Les enfants dans la Shoah, 1933 – 1945

    Les enfants dans la Shoah, 1933 – 1945

    du 19 juin au 30 décembre 2012
    Un million et demi d’enfants juifs de moins de 15 ans ont été assassinés en Europe durant la Shoah. Au fondement de la mise à mort des victimes, le crime d’être né et lui seul.

    Fillette juive allemande à son arrivée au camp de réfugiés de Harwich, Angleterre, 2 décembre 1938.
    © Mémorial de la Shoah / CDJC

    Heinrich Himmler dans un discours prononcé à Posen en octobre 1943 déclare : “Je ne me sentais en effet pas le droit d’exterminer les hommes […] et de laisser grandir les enfants qui se vengeraient sur nos enfants et nos descendants. Il a fallu prendre la grave décision de faire disparaître ce peuple de la terre.”

    Dès le début des persécutions mises en place par les nazis et leurs collaborateurs, la plupart des enfants basculent d’un monde protégé, celui de leur famille, dans un monde inconnu, auquel malgré leurs souffrances ils doivent faire face : exil, exclusion, enfermement, peur, faim, isolement, assassinat.

    Leur sort, quel que soit le pays d’Europe dans lequel ils se trouvent, relève de situations particulièrement dramatiques. Pourtant, dès 1938 des réseaux et des individus se mobilisent pour tenter de les sauver, en les cachant par exemple, ou lorsque les sauver était impossible, en leur procurant un entourage affectif, pédagogique ou moral.De ces enfants il nous est parvenu des lettres, récits, journaux, dessins ; témoignages intimes et spontanés, ô combien précieux et d’une incroyable maturité, de leurs espoirs, de leurs luttes, de leurs sentiments, laissés avant le silence.

    Ils sont la base, parmi d’autres écrits, photographies et films d’époque, de l’exposition proposée par le Mémorial de la Shoah, pour évoquer le sort et les actes des enfants qui ne sont plus, mais aussi de ceux qui ont survécu.

    Le site de l’exposition “Les Enfants dans la Shoah, 1933 – 1945”

    Exposition réalisée en partenariat avec les Archives nationales de Lodz et dans le cadre de l’année Janusz Korczak.

    Avec le soutien de :

    Imprimer

    Envoyer à un ami

    Dictionnaire

    Expositions
    Les enfants dans la Shoah, 1933 – 1945
    Cinéma : l’année 1942
    Des noms sur des murs
    Les expositions itinérantes
    Expositions virtuelles : archive des expositions

    Visite guidée

    Une visite guidée gratuite de l’exposition Irène Némirovsky vous est proposée ce jeudi 4 novembre 2010 à 19 h 30, sans réservation préalable. (rendez-vous à l’accueil du Mémorial)

    Cycle autour de l’exposition
    du 30 mai à décembre 2012
    colloque, lectures, projections et rencontres
    découvrir le programme

    Imprimer

    Envoyer à un ami

    Dictionnaire

    Plan du site – Contact – Presse – Mentions légales – Offres d’emploi – Nos partenaires

    "Mi piace"

  4. C’è una mostra a Parigi sulla Shoah dei bambini proprio per l’enormità dell’onta morale che ciò comporta.

    Accueil > Programme des activités > Expositions > Les enfants dans la Shoah, 1933 – 1945

    Les enfants dans la Shoah, 1933 – 1945

    du 19 juin au 30 décembre 2012
    Un million et demi d’enfants juifs de moins de 15 ans ont été assassinés en Europe durant la Shoah. Au fondement de la mise à mort des victimes, le crime d’être né et lui seul.

    Fillette juive allemande à son arrivée au camp de réfugiés de Harwich, Angleterre, 2 décembre 1938.
    © Mémorial de la Shoah / CDJC

    Heinrich Himmler dans un discours prononcé à Posen en octobre 1943 déclare : “Je ne me sentais en effet pas le droit d’exterminer les hommes […] et de laisser grandir les enfants qui se vengeraient sur nos enfants et nos descendants. Il a fallu prendre la grave décision de faire disparaître ce peuple de la terre.”

    Dès le début des persécutions mises en place par les nazis et leurs collaborateurs, la plupart des enfants basculent d’un monde protégé, celui de leur famille, dans un monde inconnu, auquel malgré leurs souffrances ils doivent faire face : exil, exclusion, enfermement, peur, faim, isolement, assassinat.

    Leur sort, quel que soit le pays d’Europe dans lequel ils se trouvent, relève de situations particulièrement dramatiques. Pourtant, dès 1938 des réseaux et des individus se mobilisent pour tenter de les sauver, en les cachant par exemple, ou lorsque les sauver était impossible, en leur procurant un entourage affectif, pédagogique ou moral.De ces enfants il nous est parvenu des lettres, récits, journaux, dessins ; témoignages intimes et spontanés, ô combien précieux et d’une incroyable maturité, de leurs espoirs, de leurs luttes, de leurs sentiments, laissés avant le silence.

    Ils sont la base, parmi d’autres écrits, photographies et films d’époque, de l’exposition proposée par le Mémorial de la Shoah, pour évoquer le sort et les actes des enfants qui ne sont plus, mais aussi de ceux qui ont survécu.

    Le site de l’exposition “Les Enfants dans la Shoah, 1933 – 1945”

    Exposition réalisée en partenariat avec les Archives nationales de Lodz et dans le cadre de l’année Janusz Korczak.

    Expositions
    Les enfants dans la Shoah, 1933 – 1945
    Cinéma : l’année 1942
    Des noms sur des murs
    Les expositions itinérantes
    Expositions virtuelles : archive des expositions

    Visite guidée

    Une visite guidée gratuite de l’exposition Irène Némirovsky vous est proposée ce jeudi 4 novembre 2010 à 19 h 30, sans réservation préalable. (rendez-vous à l’accueil du Mémorial)

    "Mi piace"

  5. Per quelle persone..quasi tutte era solo un’ altro da fare fuori in qualunque modo.
    Non ho usato..persona,essere. Solo un’ altro/a da togliere di mezzo.Non importa il sesso
    o l’età.
    Piu’ o meno quanto accade con i terroristi.Eroi…Come li definiscono e ne conosciamo
    i risultati anche ora con immagini,articoli che questo blog si fà da testimone per far conoscere queste orrende verità semitrasmesse,o silenti nei vari servizi d’ informazione.

    "Mi piace"

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...